En me passionnant petit à petit pour les cosmétiques naturels depuis plus de deux ans, la question du déodorant bio s’est très vite posée car s’il y a bien un produit remplit de cochonneries, c’est celui-ci. Effrayée par les sels d’aluminium et compagnie, je me suis alors tournée vers une version plus naturelle achetée en pharmacie mais après plusieurs mois de tests, rien à faire, je ne le trouvais ni efficace sur la durée, ni particulièrement agréable d’utilisation.

A l’époque, c’était un peu la mode de la fameuse pierre d’alun, dont on ventait les mérites un peu partout sur le net. A mon tour, j’ai décidé de l’adopter pour vérifier si ses pouvoirs magiques étaient bien réels ou si au contraire, j’allais vite déchanter. J’ai tenu quelques temps, en l’humidifiant d’abord avec des hydrolats, puis avec des huiles essentielles, mais au fond je ne l’ai jamais trouvé pratique et puis le jour où on m’a discrètement demandé si j’avais changé de parfum (rapport au fait que l’huile essentielle utilisée, même en infime quantité, avait une odeur forte), je me suis dit qu’il fallait trouver une solution vraiment valable sur le long terme et surtout plus agréable et pour moi, et pour tous ceux que je côtoyais.

C’est à ce moment là que je me suis intéressée aux déodorants en crème qui semblaient connaître un franc succès auprès des adeptes de cosmétiques bio. Seulement malgré une composition parfaite de A à Z, le prix m’a aussitôt rebuté : 15€ en moyenne pour un petit pot, psychologiquement c’était pas possible ! En étudiant de plus près la composition, j’ai peu à peu réalisé qu’il serait plutôt facile d’en fabriquer un moi-même avec 2-3 ingrédients basiques et peu coûteux et c’est de là qu’est née la recette de déodorant bio que je vous livre aujourd’hui (après toute une chronologie de ma vie et de mes essais de déo ^^).

 

Testée et largement approuvée depuis plus d’un an, cette recette hyper rapide ne demande aucune connaissance spéciale en cosmétiques maison, très peu de matériel et trois petits ingrédients seulement qui sont loin de vous ruiner : de l’huile de coco, du bicarbonate de soude, et de l’huile essentielle de palmarosa.

Pour réaliser un petit pot de déodorant bio d’une durée d’utilisation de plusieurs mois, voici le pas à pas :

☆ Commencez par stériliser votre petit bocal hermétique en le plongeant cinq minutes dans de l’eau bouillante puis en le séchant à l’aide d’un chiffon propre.

☆ Servez-vous de l’eau chaude pour faire fondre au bain marie votre huile de coco et versez-en trois cuillères à soupe dans votre bocal.

☆ Ajoutez trois cuillères à café (légèrement bombées) de bicarbonate de soude, et mélangez bien le tout, éventuellement à l’aide d’un mini fouet (que vous aurez préalablement désinfecté à l’alcool).

☆ Enfin, versez entre 10 et 15 gouttes d’huile essentielle de palmarosa et mélangez de nouveau.

☆ Placez votre bocal 5-10 minutes au réfrigérateur pour que l’huile se solidifie un peu, ressortez-le et mélangez de nouveau afin que le bicarbonate ne reste pas tout au fond, replacez-le au frais et….

☆ … hop, c’est prêt !

 

Une fois mon déodorant crème entièrement solidifié, je le conserve en dehors du réfrigérateur, dans un placard de salle de bain à l’abri de l’humidité et mis à part en cas de canicule (l’huile de coco se solidifiant en dessous de 25°), il ne bouge pas et est directement prêt à l’utilisation. Et pour ça, c’est tout simple : avec une petite spatule en plastique pour ne pas mettre mes doigts dedans, j’en prélève un tout petit petit petit peu (l’équivalent d’un petit pois pour les deux aisselles) et je viens l’appliquer jusqu’à ce que l’huile soit complètement et rapidement absorbée par ma peau. Après ça, je suis tranquille une journée entière, sans le moindre souci d’odeur !

Notez malgré tout qu’il s’agit là d’un déodorant, et non d’un anti-transpirant et qu’en cas de grosse session de sport par exemple, je ne garantis pas de son efficacité à 100%. Mais pour faire du pilates plusieurs fois par semaine, je peux vous assurer en revanche que pour ça, il n’y a aucun problème.

Le grand point positif d’un déodorant bio, c’est évidemment sa composition ultra clean et modulable à volonté. Ici, l’huile de coco aide vraiment la peau à s’apaiser, à s’hydrater aussi et conviendra donc à toutes celles à la peau sensible et réactive (la recette ne contenant pas d’alcool, vous pouvez tout à fait l’appliquer juste après vous être épilée, aucun risque que cela pique), et combinée à l’huile essentielle de palmarosa qui est à la fois anti-bactérienne et qui possède un pouvoir déodorant, ainsi qu’au bicarbonate de soude, connu pour neutraliser les odeurs et absorber la transpiration, c’est à mes yeux le trio gagnant pour en venir à bout sans empêcher mon corps de se libérer de ses toxines pour autant.

 

Si jamais l’huile essentielle de palmarosa ne vous plaît pas plus que ça en terme d’odeur, ou que vous souhaitez réaliser une version plus masculine de ce déodorant bio, vous pouvez la remplacer par d’autres huiles aux vertus anti-bactériennes ou déodorantes, comme le tea-tree, la lavande officinale, la citronnelle, la sauge, le fragonia, la menthe poivrée ou encore la cannelle. Bref, le choix est vraiment pas mal.

Etes-vous tentées par ce genre de recette maison, simple, rapide et hyper économique à réaliser ? Avez-vous déjà testé des déodorants crème ? Qu’en avez-vous pensé ?

Belle journée à vous !